Agricultural and Rural Development

Agricultural and
Rural Development Webring

« Prev | Ring Hub | Join | Next »

Le CILSS pour des programmes et projets participatifs en Afrique subsaharienne

E-mail Print PDF

Le  Comité Permanent Inter Etats de lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS) prône l’élaboration de projets et programmes participatifs pour qu’ils puissent être bénéfiques aux cibles. Le Coordonnateur du programme régional de la maîtrise de l’eau du CILSS, Clément Ouédraogo a décrypté la méthode de leur organisation pour mieux réussir sa mission. Il n’a pas manqué de souligner que ce séminaire annuel 2010 du CTA est une tribune de partage et d’échange entre tous les acteurs du secteur agricole sur le thème «Gestion intégrée de l’eau pour une agriculture durable».

 

 

 

Quels sont les enjeux liés aux questions de l’eau dans les pays membres du CILSS ?

Le CILSS est une organisation inter étatique qui regroupe neuf pays du sahel qui se partagent la bande sahélienne. Les enjeux liés à l’eau sont multiples et variés et ce sont des enjeux importants. En effet cette bande sahélienne de l’Afrique de l’ouest est marquée par une très forte variabilité climatique. Ce qui affecte énormément le potentiel en matière de ressources en eau.

Que fait concrètement le CILLS pour relever ce défi ?

Concrètement, le CILLS a trois importants programmes que sont : maîtrise de l’eau, sécurité alimentaire et enfin accès au marché. En matière de maitrise de l’eau, notre objectif est de valoriser les ressources qui existent au sahel en matière d’eau pour que cela soit des ressources qui puissent aider la région et les gouvernements du sahel dans leur développement économique en s’appuyant essentiellement sur l’agriculture.

Nous travaillons à mettre à la portée des sahéliens l’eau qui peut leur permettre de faire l’agriculture, l’élevage, de boire une eau saine. Ces actions autour de l’eau sont construites autour d’un certain nombre de programmes qui nous permettront d’abord de développer la petite irrigation donc en maîtrisant l’eau, d’agir sur la disponibilité de l’eau potable par l’énergie solaire. Une action que le CIlSS a déjà entreprise.

Il est à noter que dans cette partie de l’Afrique, notre production dépend à 90% de la pluviométrie. Il faut ainsi travailler dans le sens que les pluies soient plus fréquentes. A ce sujet, nous sommes appelés à développer une stratégie pour les pluies artificielles. Ce sont là, les trois axes majeurs du programme eau au niveau du CILSS.

Mais à côté de ces axes, il y a le volet formation dans le domaine  de la gestion intégrée des ressources en eau géré par le centre AGRIMETH qui est au Niger. C’est une institution spécialisée du CILSS. Autour de cette activité, il y a la recherche sur les modélisations climatiques, sur les données hydrologiques que nous publions.

Quelle est votre démarche pour trouver des solutions adaptées et accessibles aux communautés à la base ?

Si les projets et les programmes ne marchent pas souvent c’est parce qu’ils sont pour la plupart élaborés dans les bureaux. En tant qu’intellectuel, nous les faisons en fonction de nos propres visions, de nos propres expériences. Et c’est loin d’être la bonne méthode.

Ainsi nous devons nous même apprendre à comprendre déjà les besoins des populations à la base pour en faire la base de notre travail. Par exemple, le Programme national d’appui à l’irrigation que le CILSS a mis en place, il a été conduit et élaboré sur la base des «éléments fournis par des Etats. Déjà au niveau régional, nous ne concevons pas à partir de nos bureaux. Notre démarche est de solliciter les demandes des Etats membres».

Le Comité Permanent Inter Etats de lutte contre la Sécheresse dans le Sahel(CILSS) a été créé le 12 septembre 1973 à la suite des grandes sécheresses qui ont frappé le Sahel dans les années 70. Le CILSS regroupe aujourd’hui neuf Etats dont 4 Etats côtiers : (Gambie, Guinée-Bissau, Mauritanie, Sénégal), 4 Etats enclavés : (Burkina Faso ; Mali ; Niger ; Tchad) ; 1 Etat insulaire : (Cap Vert).

Roukiattou Ouédraogo

 

Last Updated on Wednesday, 24 November 2010 17:34